Les billets de Joseph

Les billets de Joseph

Sivens est un non lieu

    Rémi est un non mort, une victime non nommée. Le crime est un non meurtre, non jugé. Une grenade est une non arme, le non de l’État. Le gendarme est non coupable, et non innocent. Sivens est un non lac, le non d’une ZAD. La morgue est une non tombe, non identifiée. Valls, Cazeneuve, Hollande sont non responsables, non atteignables. Une non justice, le nom du pouvoir.   Colère, dégout et rage contre ce dé...

Bonne migration 2018 !

  Je vous souhaite à tous une bonne mise à jour de vos humanités vers cette nouvelle année, qu'elle se passe pour le mieux, pour vous et ceux que vous aimez, chacun ayant droit au bien-être, tout comme ceux que vous détestez, dans le respect de la liberté choisie.   Un formatage en cours pourrait fortement perturber vos données dans les mois qui viennent, prenez garde à ne pas trop lire, regarder et écouter tout ce qui passe prè...

Rot national

    Lundi. Le Directeur des Ressources Humaines termine son intervention, debout, pétri de certitudes, il domine du haut de son pupitre le parterre des salariés anesthésiés, comme à chaque fois par cette réunion d’information trimestrielle. Il s’apprête à conclure, il a beaucoup travaillé cette fin, il y tient, à ses mots vides mais ronflants, la vacuité prétentieuse de son management inutile lui tient lieu de compé...

A Jacques

  Jacques est parti dimanche, nous lui dirons au revoir demain.   Mais voilà que notre peine est bafouée, envahie par la radio, la presse, l'internet et les médias dans un même pas, cadencé par l'audience. La télé, je ne sais pas, il semble qu'il n'y ait plus que des mélenchonistes qui la regardent. L'émotion déborde, s'étale, surjouée et impossiblement unanime, des kilomètres de louanges et de larmes nous empê...

Le cabinet était fermé de l'intérieur

  J'arrive à l’heure, ni en retard, ni en avance. La mairie de cette ville-préfecture est imposante, un hôtel de Ville de Paris en plus petit mais pas plus modeste, tout en ardoises et blanches pierres de taille noircies, il est posé au bout de la rue Thiers (argh !). Impressionné par son faste, j'entre par la grande porte. Je demande poliment le chemin à l’accueil, passe devant la salle des mariages, monte le grand et très large escalier, puis tourne devant la salle des ré...

Hystéries

  Vous ne sentez pas cette ambiance particulière du moment. Moi si, je me demande qu’est-ce qu’ils ont tous, ces gens, d’où vient cette furieuse envie de se battre, enfin de se battre … pas pour des causes, hein, mais plutôt d’écraser son prochain, de le vaporiser, de l’éclater façon puzzle pour qu’il ne puisse plus s’exprimer, ni même exister.   Les procureurs autoproclamés pullulent, sur le net et dans le mé...

Les baudruches

  Tu donnes un ballon à l’enfant, avec son gaz et sa petite ficelle. Le drôle en fait toujours bon usage, multiple.   Il le lâchera dans le ciel avec un petit message, pour un voyage par procuration, le regardant monter tout là-haut, plissant les yeux pour tenter de le suivre jusqu’au bout de son parcours visible. Après viendra l'invisible, imaginer où il a pu aller, voir du pays, voire même au-delà des frontiè...

Dame craberesse

  La saloperie est arrivée un lendemain d’amour. Au milieu d’une discussion décousue comme celles de ces matins si communs qu’on les croirait anodins, Monsieur lui fit remarquer qu’il avait bien senti comme un truc dur sur le côté de son sein droit. La Dame vérifia et constata que oui, c’était vrai. Inquiète mais sans plus, la boule était vraiment minuscule, elle promit de prendre rendez-vous chez le toubib, ce qu’...

Carton jaune

    Il sort du kiné, après l’entraînement. Il est fourbu, les endorphines inondent son organisme, l'acide lactique lui tétanise encore les muscles malgré le massage et le bain froid. Il aime cette sensation d'après l'effort, décidément. Surtout des jours comme aujourd'hui, Sokun vient de se fader une heure de fractionnés sur la piste d'athlétisme, le chrono final n'était pas loin de son meilleur temps sur 400 mè...

Dans la forêt

  C'est Noël. Le monde s'est arrêté, il n'y a plus d'électricité, ni d'essence, plus d' internet ou de téléphone, tous les biens de consommation sont indisponibles. Une catastrophe est en cours mais indéterminée, elle a progressivement coupé du monde deux jeunes sœurs au sortir de l'adolescence qui vivent seules dans la maison familiale, isolées de tout, en pleine forêt, à des dizaines de kilomè...