Les billets de Joseph

Les billets de Joseph

Hystéries

  Vous ne sentez pas cette ambiance particulière du moment. Moi si, je me demande qu’est-ce qu’ils ont tous, ces gens, d’où vient cette furieuse envie de se battre, enfin de se battre … pas pour des causes, hein, mais plutôt d’écraser son prochain, de le vaporiser, de l’éclater façon puzzle pour qu’il ne puisse plus s’exprimer, ni même exister.   Les procureurs autoproclamés pullulent, sur le net et dans le mé...

Les baudruches

  Tu donnes un ballon à l’enfant, avec son gaz et sa petite ficelle. Le drôle en fait toujours bon usage, multiple.   Il le lâchera dans le ciel avec un petit message, pour un voyage par procuration, le regardant monter tout là-haut, plissant les yeux pour tenter de le suivre jusqu’au bout de son parcours visible. Après viendra l'invisible, imaginer où il a pu aller, voir du pays, voire même au-delà des frontiè...

Dame craberesse

  La saloperie est arrivée un lendemain d’amour. Au milieu d’une discussion décousue comme celles de ces matins si communs qu’on les croirait anodins, Monsieur lui fit remarquer qu’il avait bien senti comme un truc dur sur le côté de son sein droit. La Dame vérifia et constata que oui, c’était vrai. Inquiète mais sans plus, la boule était vraiment minuscule, elle promit de prendre rendez-vous chez le toubib, ce qu’...

Carton jaune

    Il sort du kiné, après l’entraînement. Il est fourbu, les endorphines inondent son organisme, l'acide lactique lui tétanise encore les muscles malgré le massage et le bain froid. Il aime cette sensation d'après l'effort, décidément. Surtout des jours comme aujourd'hui, Sokun vient de se fader une heure de fractionnés sur la piste d'athlétisme, le chrono final n'était pas loin de son meilleur temps sur 400 mè...

Dans la forêt

  C'est Noël. Le monde s'est arrêté, il n'y a plus d'électricité, ni d'essence, plus d' internet ou de téléphone, tous les biens de consommation sont indisponibles. Une catastrophe est en cours mais indéterminée, elle a progressivement coupé du monde deux jeunes sœurs au sortir de l'adolescence qui vivent seules dans la maison familiale, isolées de tout, en pleine forêt, à des dizaines de kilomè...

Paléonimataurus

  Me rappelle, jeune et fringuant directeur de colo, un début juillet à 6h du mat' en banlieue rouge devant un bus en partance vers la Bretagne, me faisant imposer par l'élue communiste adjointe au maire à l'éducation, la prise en charge d'un colon supplémentaire, oui je me rappelle bien de son baratin, le gamin avait soi disant une vie digne de sans familles, divorce, pas d'argent, une mère éplorée qui devait se faire opé...

Au contact

    Discuté avec elle encore une fois, elle n'en démord pas elle voterait bien Front National. Rien à voir avec une quelconque adhésion idéologique, du racisme ou autre, elle est en colère, point, et rien ne peut la raisonner, je la sens volée, humiliée et surtout sincèrement affectée. On se connaît depuis longtemps, nous travaillons pas très loin l'un de l'autre, elle habite mon village, née ici, marié...

Printemps

Un matin, après le café matinal, elle se fait surprendre par un rayon de lumière sur la table de la cuisine, un regard à la fenêtre lui confirme que le jour est déjà levé. Combien de mois se sont passés depuis qu’elle petit déjeune avec la nuit, elle ne le sait même plus, tout ce noir a absorbé ces jours froids et courts. Agréablement surprise, elle a envie de mettre le nez dehors, aller remplir de bû...

La modernité de la bourgeoise sarthoise

  Être salariée à la maison présente d’immenses avantages, un confort de vie auquel tout le monde aspire -très, très discrètement-. Que le premier qui n’y a pas pensé lui jette la première pierre (de taille). Qui ne souhaite pas travailler chez soi dans un cadre agréable, qui plus est un logis, voire un demi-château, on comprend mieux ainsi que le locataire aulnaysien ne bénéficiant pas de cette chance, puisse imaginer se livrer à...

Je reviens de loin

  Si un jour, vous êtes en difficulté idéologique devant des militants d''extrême gauche, prononcez alors  le doux nom de Rafael Corréa, vous verrez alors l'ambiance se transformer instantanément, comme par magie, leurs yeux scintiller, les sourires fleurir et la discussion filer, extatique, vers les doux rêves des champs du possible. De même, si vous êtes assaillis sur votre dialectique par des lecteurs du Monde Diplomatique ou des militants d'ATTAC, prononcez alors le dur nom de Pierre Carles, vous obtiendrez instantané...