Les billets de Joseph

Les billets de Joseph

Bonne migration 2018 !

polimmigr.jpg

 

Je vous souhaite à tous une bonne mise à jour de vos humanités vers cette nouvelle année, qu'elle se passe pour le mieux, pour vous et ceux que vous aimez, chacun ayant droit au bien-être, tout comme ceux que vous détestez, dans le respect de la liberté choisie.

 

Un formatage en cours pourrait fortement perturber vos données dans les mois qui viennent, prenez garde à ne pas trop lire, regarder et écouter tout ce qui passe près de vous au premier degré. L'emploi de l'humour, de la plus élémentaire foi critique, et de quelques roboratives sources d'information seraient sans doute la première des prescriptions de votre médecin si le désert médical ne l'avait pas rendu inaccessible par la gestion d'anéantissement des agences de santé. Ce qui ne m'empêchera pas mes vœux renouvelés sur ce sanitaire sujet, avec moult coups de lattes bien sentis aux crabes à l’œuvre, aux pesticides, au nucléaire, aux énergies fossiles, à l'industrie agro alimentaire ou encore aux labos pharmaceutiques, j'en passe et des bien pires, mais sans qui, le progrès se réconcilierait trop facilement avec la science humaine, sans les difficultés posées par cette fameuse marge à deux chiffres et la sainte croissance qui l'accompagne, où irait-on, je vous le demande.

 

Se tenir debout et digne va devenir la plus rigoureuse des disciplines. Nos écrans nous montrent un président humainement soucieux de défendre le droit d'asile, pendant que son logiciel abject laissé aux mains d'un vieillard chevrotant permet aux militaires de notre pays de raccompagner hors de nos frontières, des randonneurs africains pris en flagrant délit de risquer leur peau, cela sans la moindre application du droit par la formalisation de chaque situation devant la justice. Les préfets avaient, depuis des années, pris le pli de tenter l'expulsion des impétrants par l'application d'un jugement, sans attendre les délais imposés des demandes d'appels présentés par les associations de défense. Dernièrement encore, la police -qui ne comprend toujours pas pourquoi elle est si mal aimée ... interdit de rire, hé, attention à l'outrage- , la police disais-je, a réussi à faire partir un charter quelques minutes avant que ses touristes n'aient connaissance de leurs avis d'expulsion cassés par un juge. Macron fait donc mieux que Sarkozy, il soustrait le réfugié au juge, en pragmatique chef d'un état délinquant qui ne respecte même plus les lois et procédures qu'il produit. Ainsi, le nombre d'enfants présents en centre de rétention ( une impossibilité légale) a été pulvérisé cette année, plus de 450 d'entre eux ont été emprisonnés au nom de leurs parents coupables de simple migration. Mieux, les mineurs étrangers isolés sont simplement abandonnés dans la rue, car inexpulsables, là encore des associations vivant d'expédients les prennent en charge dans des conditions difficiles, un squat avec des gens qui s'occupent de vous, comme à Toulouse ou Paris, c'est toujours mieux qu'un maton ou le caniveau, que l’État donc.

 

Collomb, le si mal nommé comme facteur de paix, mais si bien grand renommé pour qualifier sa production ministérielle, s'acharne toujours et encore à différencier une pseudo immigration économique de l'autre, qui serait la seule authentique. Oui, rappelons que la fiction de l'immigration économique existe chez nous depuis la révolution industrielle, le patronat français l'a inventé pour satisfaire ses besoins, donc ses profits. Notre pays confirme être un monument historique de cynisme et d'hypocrisie, qui voulait bien des crèves la faim et des damnés de la terre quand il en avait besoin pour ramasser nos poubelles, construire nos routes et bâtiments, bosser à la chaîne  ou aller dans les mines, ce qui en a fait une des premières puissances mondiales, maintenant que c'est fait ; ses moyens lui permettraient une hospitalité digne et humaine. Le pays  des droits de l'homme ne rendrait ainsi que bien peu de tout ce qu'il a pillé ailleurs -ce qu'il continue de faire, via ses multinationales- en un crédit de fraternité sans conditions.

Et bien non ! L'ancien maire (on ne remerciera jamais assez les lyonnais de nous avoir refilé cette plaie, mais qu'ils gardent au moins Vauquiez, de grâce ! ) continue de nous faire croire que la misère sédentarisée serait supportable et non létale, une sorte de question entre courage et lâcheté, quoi, seules les bonnes vieilles guerres accoucheraient ( dont notre pays est souvent l'un des détonateurs d'origine) du demandeur d'asile normalisé, un droitdelhommisme acceptable économiquement, vous voyez le concept ? Non, pfff, si votre pays n'existe plus, si vous êtes syrien ou libyen, ou à la stricte rigueur somalien ou yéménite, vous pourrez constituer votre demande d'asile, ce qui ne veut pas dire que l'asile vous sera accordé, ce serait trop simple pour Gérard, qui est sévère mais juste, hein. Tous les autres pourraient aller se faire voir, tels des voleurs qui se précipiteraient sur nos richesses ( enfin pas les nôtres , mais celles de nos milliardaires, faut pas rêver, nous, nous sommes trop occupés à rembourser la dette de leurs avoirs), cela en une nouvelle version du vieux lepeniste « pain des français », métamorphosé en « travail des français » qui comme chacun le sait court les rues, si généreusement rémunérateur dans notre paradis hexagonal.

 

Cette fiction fait pourtant long feu, nonobstant l'action de quelques bonnes âmes, la population semble supporter tout cela sans trop protester, voire apprécier ce sale boulot en un fatalisme honteux, le hasard de la naissance l'ayant placée du bon coté de la frontière. Les langues se lâchent sur le foyer de réfugiés le plus proche, histoire de théoriser la lâcheté collective et de rester groupés, la haine de l'étranger n'est plus bâtie sur une pseudo délinquance importée en un retour classique sur la simple couleur de peau, dommage, et pas moyen d'avoir un sans papiers à la rubrique des faits divers, enfin si mais pas du coté de la menace, seulement des victimes (merde ! dixit Gérard), et chacun de s’accommoder de l'écrasé par un poids lourd, de l'agent d'entretien surexploité ou du tabassé par les bleus, qui auront pris soin de déchirer sa tente, détruire le moindre ses effets personnels et de l'abandonner sur la voie publique sans autre forme de procès. Pour ne pas qu'il revienne sans doute, moi , je croyais que c'était le fascisme qui ne fallait pas qu'il revienne, comme on me le serine à chaque élection. Les rafles dans les centres d'hébergement qui ne manqueront pas de suivre l'établissement des listes exigées par ce cher ministre auprès des associations gestionnaires, mandataires à l'insu de leur plein gré des basses œuvres policières ne feront que confirmer l’avènement d'un nouvel ordre clinique, blanc et riche, je veux dire.

 

Si l'on ajoute à cela, la prochaine évacuation manu militari de NDDL, il faut bien signifier à tous, que quelle que soit la décision finale on ne peut contester impunément l'ordre soi disant démocratique, comme les condamnés mais « braves gens » de la vallée de la Roya . Si l'on y surajoute, le contrôle accru des chômeurs et la forte libéralisation des licenciements par la loi travail, la culpabilisation de tous ces salauds de pauvres par la baisse généralisée des moyens des politiques publiques, toutes celles dont la vocation égalitaire subsistait un tant soit peu. Et en cerise sur ce gâteau indigeste, s’amoncellera la défiscalisation du capital et la sacralisation du travail, qui serait, malgré sa rareté, le seul facteur faisant société, ils finiront peut être même par oser nous dire qu'il rend libre, pour boucler la boucle de nos chaînes ressuscitées.

 

En 2018, agissez, aidez, aimez, résistez, moquez, contestez ou refusez si vous le pouvez, mais prenez soin de vous, la vie est belle et unique, faites en ce que vous voulez, tout sacrifice serait inutile, en ignorant (attention aux virus contagieux) le chœur des louanges médiatiques à la DRH du pays et son fringant directeur, qui vient de recevoir un autocrate, pour mieux paraître comme son contraire sans doute, ça il est trop fort notre jeune président, comme un turc.

 

L'autocratie administrative des cols (des) blancs bien sous tous rapports est en marche, elle paraît trop simple, trop proprette et bien trop polie, pour être honnête.

 

macroncollmb.jpg



06/01/2018
16 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 33 autres membres