Les billets de Joseph

Les billets de Joseph

Décompte de Noël

 

 

gotlib noel.jpg

 

C'était mieux l’avant, je ne parle pas du calendrier ! Je suis en retard dans ma tournée, avec leur putain d'application de merde qui débloque, je rate un paté de maison sur deux. Faut dire que lorsqu'ils m'ont racheté, ce fond de pension domicilié aux iles caïmans, tout était beau, comme sur leur dépliant en quadrichromie, c'était Uber, par ci, Uber par là, oui, tout ira mieux pour vous, vous verrez l'autoentrepreneuriat, c'est moderne.

Me suis pas méfié, j’ai signé, depuis ils me saignent, Hubert, je croyais que c'était une sorte de routeur, un super assistant pour aller plus vite et me débarrasser de tous ces bonbons. Me voyais déjà comme sur le Vendée globe, bilan, c'est le naufrage. Pareil, j'ai regardé mon nouveau contrat de travail, pas de chômage et si peu de retraite, mais qu'est-ce que je vais faire entre chaque 6 décembre pour gagner ma croûte moi, et puis ça fait des siècles que je bosse, il est temps que je m'arrête, je me disais bien, le respect se perd, même pour Saint-Nicolas.

Ils me l’ont bien vendu, ça oui, leur fusion acquisition, « marché de niche...blabla...prendre des parts de avec les dents,  à Père Noël Inc...blabla...éviter la délocalisation... blabla....lutter contre le réchauffement climatique... », et me voilà, en collant et lycra assortis, à faire du vélo, payé au lance pierre comme un vulgaire étudiant. A mon grand âge, quand même.

 

Bon, le père Fouettard, s'est fait avoir aussi, ça me console. Je l'ai croisé toute à l'heure, sur son scooter électrique, déguisé bondage, cuir et chaînes. Il venait de se faire jeter de quartiers mal famés, en se faisant traiter de pédophile. Me suis bien marré, sur le coup, moins après car cet enfoiré m'a pris en photo avec son i phone et  tweeté de suite mon nouveau look à la terre entière, mais oui, il est bien équipé, ubérisé lui aussi, sans compter qu’avec snapchat il va m'atomiser, c'est qu'il est cruel, Fouettard, il n'est pas une légende pour de faux.

 

Il m'a dit qu'il avait de moins en moins de petits nenfants pas sages à terroriser, ça ne l'étonne même plus et m'en a pondu toute une thèse sur l'état de leurs parents qui voient des islamistes partout, dépriment trop à force de voter pour rien,  s’épuisent à bosser comme des ânes par peur du chômage et finissent par tout miser sur leur progéniture –de peur de perdre les alloc, y parait, ou plutôt une bonne raison de continuer ainsi, je dirais-, descendance qui visiblement en profite, ce n'est même plus l'enfant roi, c'est l'enfant web, qui ne vous répond que sur facebook et ne sort plus de sa chambre même pour manger , Uber s'occupant de ses pizzas aussi. Enfin je n'ai pas tout compris, il éructait, énervé car son collier de chien à clous le serrait trop fort, il parlait bien  trop vite, mélangeant son français avec son allemand et son flamand,  comme stressé par la réactivité que lui imposait son application. Il n'arrêtait pas de mater son écran, pour voir si une fessée ou un sévice quelconque ne l'attendait pas enfin quelque part, au milieu de cette inactivité sadique, si soudaine pour lui.

 

Oui, je  crois que je vais vraiment avoir l'air con avec mes friandises vintage, déjà qu'avec toutes ces  caméras de vidéosurveillance, je vais sûrement me retrouver sur youtube, ben oui, je viens de me prendre une poubelle à l'instant, j'ai fait un joli soleil avec le VTT et j'ai même dû écraser un maximum de confiseries vu la gueule en biais de ma hotte sponsorisée. Puis, pour couronner le tout,  j'ai été flashé par un radar automatique, y a même pas une heure, ben avec tous ces millions de marmots à livrer en futures caries, peux pas faire autrement moi.

 

Et puis maintenant tout le monde est méfiant, qu’est-ce que je perds comme temps en formalités, même les mômes me regardent d’un sale œil, nous ne sommes plus en odeur de sainteté avec tous ces problèmes, même le nouveau pape et son faux-nez gauchiste n’y suffisent pas. Distribuer des bonbons, je vous jure, heureusement que je n’ai pas d’imperméable et que je ne fais plus la sortie des écoles.

 

Pourtant je me suis entrainé durement avec des escaladeurs de renommée mondiale pour pouvoir me jouer enfin des digicodes, télésurveillances, vigiles et autres portails automatiques pour parvenir à distribuer ces fichues confiseries, mais ça ne le fait plus. Je suis même tombé sur un bas du front avec une kalachnikov qui ne voulait pas que je rentre dans la chambre de son lardon. Je perds des parts de marché, sûr, contre le Père Noël avec ses jouets, pardon ses consoles, j’ai l’air fin avec mes m&m’s. C’est la mort du petit commerce, cette affaire.

 

Faut pas que je baisse les bras, je pense à me syndiquer et à entrer en résistance comme certains pères Noël, ou au moins  manifester  Mais je me demande si quelqu'un va me remarquer tout seul au milieu de la grande foire commerciale en cours, où tout brille, tout scintille, au son de musiques mièvres, les cartes de crédit flambent et certaines se prennent une bûche, c’est de saison, puis c’est l’état d’urgence, je serais embastillé ou transpercé de balles avant même d’avoir pu en placer une, au milieu de l’indifférence générale pour ma personne, alors que mon exécution fera un maximum d'audience  avant que de disparaitre définitivement, immédiatement remplacée par le buzz suivant sur les moteurs de recherche de l' infotainment .

 

Ad honores.

 

 

Illustration de Gotlib. Snif !

 



05/12/2016
11 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 32 autres membres